Un sateroïde frôle la Terre Jeudi 12 Ocobre 2017

L'astéroïde 2012 TC4 va passer non loin de la Terre ce jeudi. Il n'y a toutefois aucun risque que ce caillou grand comme une maison se dirige vers la surface de notre planète. Ce passage va tout de même donner lieu à un exercice de "défense planétaire" auquel participe la Nasa afin de se préparer à un réel danger futur.

Zéro risque pour la Terre ce jeudi. La destruction de la planète n'est pas pour ce jeudi 12 octobre. Si un gros caillou de 15 à 30 mètres de large viendra bien frôler la Terre, il n'y a aucun risque qu'il dérive et vienne percuter la surface terrestre. Les calculettes des scientifiques ont permis de savoir qu'il passera à 44.000 km au-dessus de nos têtes. A mettre en rapport avec le diamètre de la Terre à l'équateur qui atteint les 12.742 km. Aucun risque non plus pour nos satellites artificiels qui gravitent au maximum à 36.000 km de la Terre, en orbite géostationnaire.

Quel impact s'il fonçait vers la Terre ? Quand bien même un tel astéroïde foncerait vers la Terre, le risque reste mesuré pour la population. Il n'aurait pas été nécessaire a priori d'évacuer la population, selon Detlef Koschny, co-directeur du segment Objets géocroiseurs (Near-Earth Objects) de l'Agence spatiale européenne (ESA). "Il aurait suffi de dire aux gens de s'éloigner des fenêtres pour ne pas être blessés par les bris de vitres". Le scientifique se base sur les effets d'un précédent de 2013 lorsqu'un météore de 20 m de diamètre s'était désintégré au dessus de la ville de Tcheliabinsk dans le centre de la Russie. En apercevant le bolide lumineux dans le ciel, les gens s'étaient précipités aux fenêtres mais l'onde de choc avait fait éclater les vitres. Cela avait fait plus de 1.300 blessés.

À lire sur le sujet

Espace. La Nasa va essayer de dévier un astéroïde potentiellement dangereux

Un "exercice de défense planétaire" mis en place. Le passage de l'astéroïde sera l'occasion d'un exercice autour de ce type d'objet céleste potentiellement menaçant pour la planète. "Comme cela, le jour où arrivera un objet vraiment dangereux, nous aurons répété plusieurs fois avant", note Detlef Koschny. L'exercice est coordonné par l'Université du Maryland (Etats-Unis), avec la participation de la Nasa, de l'ESA et de divers observatoires. C'est "un exercice de défense planétaire" le qualifie même, Michael Kelley, de la division Etude des planètes à la Nasa.

Concrètement, différents observatoires dans le monde vont braquer leurs télescopes sur l'astéroïde alors qu'il se rapprochera peu à peu de la Terre. Il apparaîtra comme un petit point brillant. Sa vitesse relative par rapport à la Terre sera alors de 7,3 km par seconde.  Au moment du passage de l'astéroïde 2012 TC4, les observatoires enverront leurs informations à des centres gérant les situations d'urgence. "Nous verrons si les données que nous leur adressons sont bien comprises, si elles sont claires ou bien s'il faut améliorer des choses", explique Detlef Koschny.

Pourra-t-on l'observer ? Selon le site Ciel & Espace, "2012 TC4, malgré sa proximité, ne brille guère et n’est pas visible à l’œil nu. Au mieux, son éclat atteint la magnitude 13, ce qui le rend observable visuellement de manière confortable uniquement dans des télescopes de plus de 200 mm". C'est en Australie qu'il sera le plus aisément observable lorsqu'il sera au plus près de la Terre. En Europe, il fera quasiment jour à ce moment précis (7 h 41 heure de Paris). "Mais il sera visible par les observatoires européens dans la nuit de mercredi à jeudi", souligne Rüdiger Jehn, du segment Objets géocroiseurs de l'ESA.

2012 TC4 représente-t-il un danger à l'avenir ? L'astéroïde 2012 TC4, qui tourne autour du Soleil en 609 jours, a été découvert en 2012 puis il n'a pas été observé pendant cinq ans. Il a de nouveau été repéré cet été par le VLT (Very large telescope) de l'Observatoire européen austral (ESO) au Chili. Ce qui a permis aux astronomes de calculer précisément sa trajectoire. Ils ont pu déterminer que lors de son prochain passage près de la Terre, en 2050, l'astéroïde, dont l'orbite aura été modifiée, ne foncera pas sur la planète. Mais il n'est pas impossible qu'en 2079 il touche la Terre, indique Rüdiger Jehn.