Nasa : c’est le Soleil qui a soufflé l’atmosphère de la planète Mars

Un désert à l’échelle d’un monde. Un désert glacial, d’une aridité absolue, telle est aujourd’hui la planète rouge. Mars,

c’est une température de -60 °C en moyenne, une atmosphère terriblement raréfiée, un « air » équivalent à la pression de l’atmosphère terrestre à plus de 20 000 mètres d’altitude, mais constitué à 96 % de dioxyde de carbone.
Pourtant, la planète rouge montre, partout à sa surface, les vestiges anciens du passage de l’eau… Des vallées ravinées, des oueds, des canyons érodés par l’eau, et même des indices forts de présence pérenne d’étendues liquides ont été découvertes partout.
Depuis une quinzaine d’années, ces différents indices géologiques ont fait converger les planétologues vers un modèle de l’histoire martienne : il y a 4,5 milliards d’années, lors de la formation du système solaire, la Terre et Mars avaient des caractéristiques proches, et Mars, nouvellement formée, était dotée d’une atmosphère chaude et humide. C’est à ce moment là que l’eau aurait coulé en abondance sur la planète rouge…
On connaît la suite : Mars est devenue un désert.
Pourquoi ?

C’est pour répondre à cette question que la sonde Maven (Mars Atmosphere and Volatile Evolution) a été lancée par la Nasa en novembre 2013. En orbite autour de la planète rouge depuis septembre 2014, Maven plonge régulièrement dans la haute atmosphère martienne pour l’étudier.

Verdict : c’est bien, comme le soupçonnent les planétologues depuis un quart de siècle, le Soleil qui est responsable de la quasi disparition de l’atmosphère martienne… En effet, Mars est profondément différente de sa grande sœur terrestre : environ dix fois moins massive, elle n’est pas protégée, comme la planète bleue, par un puissant champ magnétique. Résultat, le vent solaire, c’est à dire ces particules de haute énergie émise continûment par notre étoile, souffle perpétuellement sur l’atmosphère martienne, et l’érode peu à peu…
L’effet est infinitésimal : à chaque seconde, c’est seulement cent grammes de dioxyde de carbone qui s’échappent de la planète !
Mais cette infime érosion, continue durant quatre milliards d’années, aurait pu suffire à souffler dans l’espace la quasi totalité de l’atmosphère martienne.
Sauf que les scientifiques Américains suggèrent plutôt que l’atmosphère martienne a été ainsi détruite par le Soleil très tôt dans l’histoire de la planète rouge. Pour eux, en effet, l’activité du jeune Soleil était à l’époque bien plus violente qu’aujourd’hui.
Pour Bruce Jakosky et ses collaborateurs, qui publient leurs travaux dans Science, Mars a perdu son atmosphère primitive en cinq cents millions d’années environ, entre 4,2 et 3,7 milliards d’années. C’est donc à cette époque que progressivement, la planète se serait asséchée, et son eau résiduelle se serait figée sous forme de glace dans son sous-sol.
La confirmation que c’est bien le Soleil qui a soufflé l’atmosphère martienne au début de son histoire a bien sûr une implication dans la quête d’une hypothétique vie martienne. Les chercheurs Américains soulignent que la période pendant laquelle Mars a été propice à l’apparition de la vie correspond à celle où la vie est effectivement apparue sur Terre. Mais sur Mars, ces conditions favorables n’ont pas duré : entre cent et deux cents millions d’années environ, probablement. Suffisamment de temps, en tout cas, pour que la Nasa obtienne durant quelques décennies encore le financement de nouvelles missions spatiales pour que perdure ce passionnant feuilleton scientifique « Y a-t-il, ou y a-t-il eu, de la vie sur la planète Mars ? ».

Serge Brunier
source:  http://www.science-et-vie.com/2015/11/nasa-cest-le-soleil-qui-a-souffle-latmosphere-de-la-planete-mars/