Wilkinson Microwave Anisotropy Probe

WMAPLa sonde Wilkinson Microwave Anisotropy Probe (WMAP) est une mission américaine lancée le 30 juin 2001. Elle est destinée à l'étude de l'anisotropie du fond diffus cosmologique. Le nom initial de la sonde était Microwave Anisotropy Probe (MAP), mais elle a été rebaptisée en hommage à l'astronome américain David Wilkinson, membre de l'équipe en charge du satellite, pionnier de l'étude du fond diffus cosmologique, décédé le 5 septembre 2002.

L'objet de la mission est de cartographier avec la meilleure précision possible les fluctuations de température du rayonnement thermique cosmologique, ainsi que sa polarisation. Ces informations sont cruciales pour la cosmologie, car elles permettent de reconstituer avec une grande précision le contenu matériel de l'univers. Les premiers résultats de la sonde WMAP ont été salués à juste titre comme une grande avancée dans la compréhension de l'univers car WMAP a réalisé la première carte complète du fond diffus cosmologique depuis celle du satellite COBE en 1992, et ce avec une résolution considérablement meilleure.

Météores durant juillet, aout,septembre 2010

Observer les  météoresObservation des météores

Planning de visibilité des météores durant Juillet, aout, septembre et octobre 2010. pour le lieu d'observation Boufarik et ses environs .

Essaims météoritiques

Chaque année à la même période, l'orbite de la Terre croise des nuages de poussières laissés par des comètes. Cela provoque des essaims météoritiques, ou des « pluies » d'étoiles filantes, qui semblent toutes provenir par un effet de perspective du même point du ciel. On appelle ce point imaginaire le radiant. Certaines étoiles filantes ne semblent pas venir du radiant, ce sont des grains de poussière n'appartenant pas au nuage traversé, on les appelle des sporadiques.

 

Ciel d'octobre : la comète 103P/Hartley

Entre le 4 et le 7 octobre, elle croisera à environ 4° d'une autre étoile brillante de Cassiopée : Ruchbah.La comète Hartley 2 photographiée par la caméra de navigation de la sonde Epoxi le 25 septembre 2010. Crédit : NASA/JPL/UMD

Dans la constellation  de Cassiopée, la comète est observable toute la nuit. Hartley 2 se rapproche maintenant beaucoup de la Terre. Et son éclat augmente.
Sa magnitude, voisine de 6, la rend décelable dans une paire de jumelles très lumineuses ou une petite lunette astronomique dotée d'un faible grossissement.
La comète sous le W de Cassiopée
La constellation de Cassiopée, facilement reconnaissable à sa forme de W, donne un très bon point de repère pour trouver Hartley 2. Dans la nuit du 1er au 2 octobre 2010, la comète se trouve juste à 1,5° sous l'étoile Schedar (magnitude 2,2).

Les étoiles

Une naine blanche en orbite autour de Sirius (vue d’artiste).Une étoile est un objet céleste en rotation, de forme approximativement sphérique car la rotation entraîne un aplatissement aux pôles, et dont la structure est modelé par la gravité. Lors de sa formation, une étoile est essentiellement composée d’hydrogène et d’hélium. Durant la majeure partie de son existence, son cœur est le siège de réactions de fusion nucléaire, dont une partie de l’énergie est rayonnée sous forme de lumière visible ; la matière qui la compose s’en trouve presque complètement ionisée du fait de la température élevée qui règne en son sein.

Une étoile possède une masse comprise entre 0,07 et environ 150 fois celle du Soleil (elle-même égale à 300 000 fois celle de la Terre, soit environ 2×1030 kg).

Les étoiles sont regroupées au sein de galaxies. Une galaxie typique, comme la nôtre, la Voie lactée, contient plusieurs centaines de milliards d’étoiles.

 

Observation

- À l’œil nu

Etoiles vues à l'oeuil nules étoiles apparaissent à l’œil nu sous la forme de points (à cause de leur éloignement) brillants de couleur          blanche, parfois aussi rouge, orangée ou bleue — généralement scintillants et sans mouvement apparent immédiat par rapport aux autres objets fixes de la voûte céleste.

Selon les conditions d’observation, le nombre d’étoiles visibles à l’œil nu varie fortement et peut atteindre plusieurs milliers dans les cas les plus favorables. Hormis le Soleil et Sirius — et encore, uniquement dans d’excellentes conditions d’observation — les étoiles sont trop peu brillantes pour être observables en plein jour (sauf lors des éclipses totales de Soleil et lors de phénomènes temporaires comme les novae ou les supernovae).

L’observation à l’œil nu a été la première forme d’astronomie.

 

- Avec des instruments

L’allure asymétrique de Mira, une étoile variable oscillant. NASA HST.les principaux instruments sont : la lunette astronomique — remplacée aujourd’hui par le télescope (aussi bien au sol que dans l’espace) — le spectrographe, le photomètre et le polarimètre. Depuis quelques années, les techniques de spectroscopie et d’interférométrie ont permis d’augmenter la résolution angulaire limitée au sol par la turbulence atmosphérique, soit environ une demi seconde d’arc sur les meilleurs sites d’observations.

 

 

 

Caractéristiques

§ Masse

Taille relative de 4 étoiles et d’une planèteLa masse est une des caractéristiques les plus importantes d’une étoile, une étoile massive

sera très lumineuse mais sa durée de vie sera réduite.

Les étoiles ont une masse comprise entre environ 0,08 et 120 fois la masse du Soleil.

§ Diamètre

Comparativement à notre planète (12 756 km de diamètre), les étoiles sont gigantesques : le Soleil a un diamètre d’environ un million et demi de kilomètres et certaines étoiles (comme Antarès ou Bételgeuse) ont un diamètre des centaines de fois supérieur à ce dernier.

 

§ Composition chimique

La composition chimique de la matière d’une étoile ou d’un gaz dans l’Univers est généralement décrit par trois quantités en nombre de masse : X (l’hydrogène), Y (l’hélium) et Z la métal licité.

 

§ Les types d’étoiles

Les astronomes classent les étoiles en utilisant la température effective et la luminosité.

Cette classification à deux paramètres permet de définir des types spectraux (luminosité) variant de VI à I, les naines étant classées V.

Le Soleil est de classe V. Parmi ces classes on distingue différentes catégories liées à la température de surface. Par exemple les : naines brunes, naines rouges, géantes rouges, super géantes rouges, et trous noirs.

 

image et illustraion de wikipedia